• Tiens. Et si on parlait du budget communautaire. Rien que sur la première phrase, j'ai perdu la moitié des lecteurs.

     

    D'abord, comment ça marche, ce truc-là ?

     

    C'est un peu comme les vases communicants. Il y a des pays qui donnent et d'autres qui reçoivent. En fait tous les pays donnent, chacun en fonction de son PIB (Produit Intérieur Brut). Donc, ce sont les plus riches qui donnent le plus.

     

    Pour être complet, il convient de rajouter que la Grande</personname /> Bretagne</personname /> avait négocié en 84, alors que le pays était en difficulté économique, un rabais (le fameux chèque), qui, c'est vrai, a moins de justification, aujourd'hui.

     

    Et certains pays reçoivent. Ils reçoivent surtout des subventions dans le cadre de la Politique</personname /> Agricole</personname /> Commune (PAC), ce qui représente  45% du budget, et aussi pour l'aide au développement des régions les plus pauvres.

     

    Coté PAC, ce sont la France</personname /> et l'Espagne qui reçoivent le plus, en vertu d'un accord négocié il y a trois ans et valable jusqu'à 2013.

     

    Donc, chaque pays a pris l'habitude de calculer sa contribution en net à savoir ce qu'il donne, moins ce qu'il reçoit, ramené au nombre d'habitants.

     

    Et à ce calcul, l'Anglais donne à l'Europe 2,5 fois ce que donne le Français (en net, toujours). Et on lui demande de renoncer à son rabais.

     

    Le problème, c'est qu'avec les mêmes sous (1% du PIB), on doit financer l'élargissement. Donc, plus de monde pour le même gâteau. Où le gâteau est plus gros, ou il y aura moins à manger.

     

    Les plus gros payeurs nets (Allemagne, Suède, Pays Bas) disent : ce sera le même gâteau, sauf si la Grande</personname /> Bretagne</personname /> en achète un peu plus (le fameux rabais).

     

    La Grande</personname /> Bretagne</personname /> dit : pas question de payer plus, tout cela à cause des paysans Frenchies qui mangent tout le gâteau.

     

    La France</personname /> dit : touche pas au gâteau de mes paysans. Ca fait 20 ans que je me coltine les salons de l'Agriculture à toucher le cul des vaches. Pas question d'énerver mon électorat.

     

    Les pays moins riches disent : on veut pas recevoir moins de gâteau.

     

    Les nouveaux entrant disent : avant qu'on le voit ce gâteau, il coulera de l'eau sous les ponts..

     

    Bref... On n'est pas sorti de l'auberge...

     

    On peut quand même se dire que ce budget serait mieux employé à élever le niveau de vie des pays Européens qui en ont besoin, ou à créer des infrastructures européennes, plutot que de subventionner à perte nos exploitations agricoles.

     

    Et quand je lis que 70 % des paysans ont voté Non au référendum, je me sens très Anglais, moi...


    6 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique