• ..et Merci.

    (c'est pas grand chose, mais ça fait plaisir)..


    7 commentaires
  • Un peu plus d'un mois après ce fameux référendum qui a vu triompher les magnifiques idéaux portés par ce NON, symbole de l'espoir et de l'avenir (ben quoi, je m'adapte, il parait que le peuple a toujours raison..), il est enfin temps de faire un premier point sur tout ce que l'on nous a promis en cas de rejet de cette CEUL (Constitution Européenne Ultra Libérale)...

     

    Je vous assure, je suis complètement à jeun, mais je me dis que si 55% des Français (dont mon frère) l'ont rejetée, c'est que vraiment, elle devait être mauvaise, et que, du coup, ça va aller beaucoup mieux maintenant.

     

    Le premier point qui me vient à l'esprit, dans ce que l'on nous avait promis, c'était un très fort tournant libéral en France, en cas de victoire du Oui.

     

    Et ben dis donc !!  Qu'est ce que cela aurait été. Apparition du contrat nouvelle embauche avec période d'essai de deux ans, législation par Ordonnances, j'ai peur d'imaginer ce que ça aurait été si le Oui l'avait emporté. Notez que je ne juge pas ces innovations sur le fond, rien n'est complètement blanc ou noir, mais j'ai du mal à croire que cela s'inscrit dans la protection anti-libérale que devait nous apporter la victoire massive du NON.

     

    Le deuxième point qui prête à sourire, c'est l'existence de ce fameux Plan B. Vous vous rappelez toujours ? Ne me dites pas que vous l'avez oublié, déjà, ce Plan B.

     

    En résumé, dés que les Français auraient exprimé que ce traité était mauvais, la plupart des autres pays Européens se rendraient compte que nous avions raison. On mettait à la poubelle ce texte ultra libéral (vous voyez, j'ai bien appris ma leçon) et on se réunissait pour en faire un autre beaucoup mieux. Certains pensaient que cela prendrait 6 mois. Ca valait le coup, quand même..

     

    Dans les faits, la Constitution</personname /> a été mise au frigo, et pour longtemps. Les Etats ont jusqu'à mi 2007 pour la ratifier. En attendant, les traités antérieurs restent en vigueur, car, à défaut de permettre une Europe Politique et Sociale, ils permettent une Europe zone de Libre Echange tout à fait dans le registre qu'attendent les Marchés, qui eux, se portent à merveille.

     

    Comme il sera difficile de gérer l'élargissement avec les règles de fonctionnement issues du Traité de Nice, il est probable qu'un jour, lointain, un Traité Institutionnel comblera les lacunes actuelles en rajoutant discrètement les règles de fonctionnement prévues par la Constitution</personname /> défunte, et qu'il suffira d'une procédure parlementaire pour le ratifier.

     

    Mais tout cela est bien loin, en attendant, il faut déjà trouver les moyens de financer l'élargissement.

    Mais de Plan B, rien en vue..

     

    Voilà. Je cherche encore dans mes notes les bêtises qu'on avait entendues, à l'époque...

     

    Ah oui ! Le NON était le meilleur moyen d'empêcher la Turquie</personname /> de rentrer dans l'Europe. Ca, c'était le NON de droite. Pas de bol, les négociations commencent le 3 octobre.

     

    J'en cherche une autre pour la route.. Oui ! Grâce au NON, l'indépendance de la BCE</personname /> allait être remise en question pour être plus dépendante du pouvoir politique et permettre plus de social (vous savez les vieilles recettes de déficit, puis relance, puis inflation.. du Keynes mal digéré). Et ben raté encore, pour cela, il aurait fallu renégocier Maastricht et ce n'est pas prévu.

     

    C'était d'ailleurs assez pitoyable de voir les chantres du Non (de gauche cette fois), porteurs du mandat du Peuple Français, aller frapper sans succès à la porte du Conseil Européen de Bruxelles, pour demander, dans l'indifférence générale, plus de social pour l'Europe. Je crois qu'au final, ils ont été reçus par le ministre des Affaires Etrangères du Luxembourg !! Cela pourrait prêter à sourire si l'impasse dans laquelle ils nous ont mis n'était pas si dramatique.

     

    Et avec tout ça, on va droit vers un deuxième tour Sarkozy - Fabius, dans deux ans. C'est porteur d'espoir, tout ça..

     

    J'ai trop bu, à la Bastille</personname />, l'autre soir. Durs, ces lendemains de cuite..


    11 commentaires
  • Madame Barbe Bleue : Anne, ma sœur Anne, ne vois tu rien venir ?

     

    Anne : Non, je ne vois que l'herbe qui verdoie et le soleil qui poudroie..

     

    Madame Barbe Bleue : Anne, ma sœur Anne, regarde mieux. C'est pas normal..

     

    Anne : Non, je t'assure. Herbe verdoie, soleil poudroie, c'est tout...

     

    Madame Barbe Bleue : Mais ce n'est pas possible. J'ai voté NON Dimanche. On m'a promis, le Grand Soir au Château, la fin des délocalisations, un royaume plus social, une renégociation immédiate avec les Anglois, les Germains et les Vikings.... Tu dois bien voir quelque chose...

     

    Anne : Non..  rien du tout..  Ah si, excusez-moi. J'aperçois le chevalier Galouzeau de Villepin et son fidèle écuyer le petit Nicolas..

     

    Madame Barbe Bleue : Ah...  Je le voyais pas comme ça, le Grand Soir..

     


    10 commentaires
  • Les Français ont rejeté, à une majorité indiscutable, le projet de traité Constitutionnel. On peut le regretter, comme moi, mais c'est comme ça.

     

    Que risque-t-il de se passer demain ? Malheureusement : RIEN.

     

    Sur le plan intérieur, il est probable qu'il y ait un changement de Gouvernement. Je ne pense pas qu'il amène un changement de politique. Nous avons élu en 2002, dans les conditions que l'on sait, un gouvernement de droite, et ceci, pour 5 Ans. Nous continuerons donc à subir la même politique jusqu'en 2007, où de par la prédominance de l'élection Présidentielle devant les législatives, je me garderais bien de faire le moindre pronostic.

    Il est amusant d'ailleurs, on s'amuse comme on peut ce soir, de voir le petit Nicolas avoir bien compris que le message des Français correspondait une nouvelle politique, plus ouverte, moins à cheval sur le Code du Travail, plus souple pour diminuer le chômage. IL retombera toujours sur ses pieds et ce Non va lui ouvrir un boulevard.

     

     Coté du PS, là, j'avoue que j'ai du mal à faire un pronostic. Peut être que nous aurons droit bientôt à une « Nuit des Petits Couteaux », mais je n'y crois guère. On va s'en mettre une bonne au prochain Congrès à l'automne, mais on trouvera bien une motion qui rassemble tout le monde. Et tout le monde reviendra dans le rang, autour d'un objectif qui sera vraiment de gauche, du moins tant qu'ils seront dans l'opposition, parce qu'une fois, au pouvoir, ma foi, les faits sont terriblement têtus et les contraintes économiques fortes. Mais on a le droit de dire des bêtises quand on est dans l'opposition.

     

    Sur le Plan Européen, je pense qu'il ne se passe pas grand chose. Il est probable que les Hollandais disent Non, non pas pour une Europe plus sociale, mais eux, plutôt, dans une optique plus souverainiste avec de forts relents d'extrême droite. Je n'ai pas la conviction qu'ils vont nous aider beaucoup pour une hypothétique renégociation.

     

    Le processus de ratification va continuer. Il ne sera pas interrompu par le Non Français. On verra au final combien de pays le refuseront. Si 20 d'entre eux le ratifient, le texte nous sera représenté, d'une manière ou d'une autre, et j'ai dans l'idée que le ton sera un peu plus dramatique. Dans ce cas, il n'y aura bien sur, aucune renégociation, dans ce cas. S'il y a d'avantage de pays qui le rejettent, on verra si on part vers un nouveau ring de négociation. Ca me paraît peu probable.

     

    En tout cas pour l'instant, les traités antérieurs, tout aussi irrévocables que la Constitution, puisqu'ils nécessitent l'unanimité pour les modifier, continuent à s'appliquer. Il en est ainsi de la 3e Partie de la Constitution, la partie la plus décriée.

     

    Le Traité de Nice continue à s'appliquer, avec ses nombreuses carences, mais ça continuera à marchoter. Evidemment, n'en déplaise à Chevènement et ses fantasmes, Maastricht continue à s'appliquer également et l'indépendance de la Banque Centrale continue à être de mise.

     

    L'Europe était construite sur un modèle purement économique. Ca va continuer, de fait. La seule occasion perdue, c'est la possibilité de donner une connotation politique à l'Europe. C'est dommage, mais c'est ainsi. Les marchés vont se porter bien demain, à mon avis. Je ne serais pas surpris que la Bourse ouvre en hausse.

     

    Pour ceux qui m'ont fait l'amitié de suivre ce blog et de le commenter régulièrement, je dirai que ce n'est pas parce que l'on est minoritaire que l'on a tort.

    La Construction Européenne subit un soir un mauvais coup, sous la pression de la démagogie et du populisme. Elle n'en sera pas tuée et elle en sortira grandie. Le combat continue.

     

    Message personnel : Frérot, tu as déconné grave...

    46 commentaires